Le PLM pour les nuls
Vous trouverez sur cette page une courte introduction au Product Life-cycle Management. Précisons qu'aucun ouvrage "le PLM pour les nuls" n'est publié aux éditions First. Cette page est un simple clin d'oeil à cette célèbre collection.

Vos commentaires ou suggestions sont les bienvenus. Merci de les adresser à pascal.morenton@ecp.fr

Pour aller plus loin dans la découverte du PLM, nous vous invitons à consulter les offres de formation continue de l'Ecole Centrale Paris.


  • Une première définition du Product LifeCycle Management (PLM) par CIMdata
  • Quelques points de vue structurants pour une analyse du PLM
  • PLM et gestion de configuration
  • Et le Product Data Management (PDM) dans tout cela ?
  • le PLM et la CAO
  • Ce que fait et ne fait pas un système PLM
  • Comment mener une démarche PLM ?

    Une première définition du Product LifeCycle Management (PLM) par CIMdata


    Le cabinet de conseil CIMdata propose la définition du PLM suivante :

  • A strategic business approach that applies a consistent set of business solutions that support the collaborative creation, management, dissemination, and use of product definition information
  • Supporting the extended enterprise (customers, design and supply partners, etc.)
  • Spanning from concept to end of life of a product or plant
  • Integrating people, processes, business systems, and information

    Le périmètre du PLM esquissé à travers cette définition est très large. Il inclue ainsi une approche stratégique du développement de produit et de ses processus, les outils mis en oeuvre dans la création ou la diffusion de données, le travail collaboratif etc. La définition est si large qu'elle peut s'appliquer à de nombreux points de vue et que beaucoup de démarches ou d'outils peuvent se référer au PLM, ce qui amène parfois une certaine confusion dans l'identification de ce qui relève ou non du PLM.

    Par ailleurs, il faut veiller à prendre en compte les teintes "marketing" plus ou moins prononcées de certaines communications institutionnelles qui infléchissent ou complètent cette définition du PLM, pourtant déjà très large. On comprend alors que l'on peut rencontrer autant de définitions du PLM et de son périmètre qu'il y a d'acteurs dans le monde du développement de produit, de ses processus, de la gestion de projet, du travail collaboratif etc.


    Quelques points de vue structurants pour une analyse du PLM


    Du fait de son périmètre très large, il est commode de structurer le PLM selon différents points de vue. On peut ainsi dire que le PLM adresse deux aspects importants et complémentaires du cycle de développement d'un produit :
    • les organisations, les processus et les méthodologies
    • les outils et systèmes d'information mis en oeuvre
    On peut aussi se référer à quelques grandes activités connues par ailleurs dans l'entreprise et qui peuvent faire partie intégrante d'une démarche PLM :
    • la gestion du changement (comment traite-on une demande de modification ?)
    • la gestion de configuration
    • la gestion de la diversité produit
    • la gestion électronique de documents
    • la gestion de la maquette numérique (remontage, validation, diffusion, exploitation etc)
    • les outils CAO et les méthodologies associées
    • la gestion de projets
    • etc
    Finalement, une démarche PLM pourra positionner son centre de gravité en fonction d'un besoin spécifique d'une ou plusieurs branches ou d'un ou plusieurs métiers de l'entreprise. On peut parler ainsi de PLM :
    • orientés "processus" pour la gestion des modifications
    • permettant le co-devéloppement dans un contexte d'entreprise étendue
    • support à l'intégration poussée des outils de CAO dans le cadre d'une maquette numérique
    • etc

    PLM et gestion de configuration
    La gestion de configuration est un concept qui remonte aux années 50 et 60 et destiné à supporter d'ambitieux et complexes programmes d'ingénierie notamment dans les domaines militaire et aéronautique. On peut définir la gestion de configuration comme un ensemble d'activités coordonnées destinées à assurer et à tracer l'ensemble des documents de spécifications (géométriques, techniques, fonctionnelles) d'un produit et de ses processus tout au long du cycle de vie et à travers notamment les phases d'études, d'industrialisation, de déploiement, de maintenance etc.

    La gestion de configuration constitue ainsi l'un des fondamentaux du PLM que de nombreuses entreprises souhaitent mettre en place - si ce n'est pas déjà fait, de façon explicite ou non !


    Et le Product Data Management (PDM) dans tout cela ?


    Le Product Data Management (PDM) est le concept qui a précédé le PLM. Son périmètre est plus étroit et est souvent centré sur les activités du bureau d'études : il s'agit de gérer le flux de données techniques (modèles CAO, dossiers techniques, spécifs etc) et quelques processus clés liés notamment à la gestion du changement comme les demandes de modification.

    On peut citer, parmi les outils historiques de PDM I-Man (Unigraphics) et Metaphase (SDRC). On retrouve tout naturellement ces acteurs historiques parmi les actuels offreurs du PLM avec souvent une refonte partielle ou totale de leurs lignes de produit. Unigraphics et SDRC se retrouvent ainsi dans TEAMCENTER, l'offre actuelle de la société SIEMENS.

    Dans ce cadre, le PDM est souvent assimilé au système d'information support à la démarche de gestion des données techniques et qui la rend possible. En français, on parle alors de Système de Gestion Données Techniques (SGDT).

    PDM et PLM sont les survivants d'une longue série d'acronymes que les éditeurs, notamment, ont proposé ces dernières années pour décrire leurs produits ou leurs stratégies. On peut citer :

    • PDM II : Product Definition Mangament
    • PIM : Product Information Mangament
    • c-PDM : Collaborative Product Data Management
    • e-PDM : Electronic Product Data Management
    • CPC : Collaborative Product Commerce
    • VPD : Virtual Product Development
    • ...
    Certains acronymes et au-délà certains concepts survivent aux simples phénomènes de mode. Le PLM et le PDM en font indubitablement partie et semblent faire l'objet d'un consensus, aux nuances du premier paragraphe près.


    le PLM et la CAO
    Les outils de CFAO (CAD/CAM) sont maintenant considérés comme des outils à part entière d'une démarche PLM. Ceci est particulièrement vrai pour les acteurs historiques de la CAO (PTC, Dassault Systemes, UGS ...) qui font maintenant partie des principaux offreurs PLM. Un ensemble PLM est donc constitué de :
    • Outils "métier" de création de données techniques (CFAO, IPAO etc)
    • Systèmes d'information destinés à gérer les données et les processus
    • Plateforme de travail collaboratif synchrones et asynchrones

    D'un point de vue des systèmes d'informations mis en oeuvre, le P.L.M. peut être considéré comme l'E.R.P. de la conception de produits.

    Mais il est à noter que la première acception du terme "PLM" n'incluait que la gestion ("management") des données et non leur création qui relève d'activités et d'outils "métier" spécifiques. Du reste, certains éditeurs dont les solutions n'intégrent que très partiellement les outils XAO en restent à cette première définition.


    Ce que fait et ne fait pas un système PLM


    En tant que concept, le périmètre du "PLM" est donc très large et la couverture fonctionnelle des systèmes informatiques associés est très étendue. C'est une vision à long terme des axes de développement pour l'entreprise dans ses activités de développement de produit. Les systèmes d'informations et outils XAO qui permettent la mise en œuvre du "PLM" doivent gérer une complexité telle que ce périmètre et cette courverture fonctionnelle ne sont jamais atteints en production. De nombreux problèmes sont encore à résoudre, de nombreux modèles restent à définir …

    La principale caractéristique d'un système PLM est sa capacité à fédérer et à intégrer plusieurs aspects du développement d'un produit et de ses processus. Un système "PLM" permet, par exemple, de :

    • Gérer la documentation technique par l'intermédiaire d'un ou plusieurs coffres-forts centralisés auquel tous les services peuvent accéder : BE, BM, marketing, maintenance etc
    • Gérer les processus clés : demande de modification (engineering change request), réalisation d'une modification (engineering change order) etc
    • Gérer la composition et la structure d'une gamme de produit et de toutes ses variantes.
    Ce que ne fait pas un système PLM :
    • Gérer la production ou les ordres de fabrication
    • Gérer la relation client
    • Gérer les ressources humaines
    • ...

    Comment mener une démarche PLM ?


    La spécification et le déploiement d'une démarche PLM au sein d'une entité nécessitent de :
    • Analyser les besoins "métier" de l'entreprise
    • Etablir un modèle de données et une cartographie des processus cibles
    • Implémenter ces modèles dans les systèmes d'information supports
    • Développer des fonctionnalités et méthodologies spécifiques au "métier" de l'entreprise
    • Expliquer l'approche "PLM" aux collaborateurs
    • Déployer et assurer le support
    • ...
    Une démarche PLM est souvent l'occasion pour une entreprise de formaliser ou de compléter un référentiel "métier" permettant à chacun de partager une même vue des objets "métiers" manipulés et des processus parcourus. On peut même dire que cette phase constitue un prérequis indispensable à tout déploiement d'un système informatique dit "PLM". Et ce n'est pas là la moindre des difficultés de ce type de projets...



  • eXTReMe Tracker